Redacteur territorial 2017 - le guide : salaire, mission, concours

Obtenir 5H30 de vidéo pour devenir rédacteur web

Que sont les missions du redacteur territorial ? Quel est son salaire ? Encore trop méconnu il y a quelques années, cette activité séduit aujourd’hui de plus en plus de français qui souhaite devenir rédacteur. Découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur ce métier passionnant.

Qu’est-ce qu’un redacteur territorial

Pour mieux détailler les caractéristiques du métier, il serait intéressant de cerner clairement en quoi consiste l’activité de redacteur territorial.

Rédacteur territorial : définition

Un rédacteur territorial est chargé de fonctions administratives diverses. Plus spécialisé qu’un « simple » rédacteur, il assurera principalement des tâches de gestion administrative, comptable ou budgétaire. A la manière d’un juriste, il pourra également rédiger des actes officiels juridiques.

Si l’on cherche à comprendre étymologiquement le terme de redacteur territorial, nous remarquons, évidemment, d’abord le mot « rédacteur ». Ainsi, le métier est orienté vers l’administration. Avis aux personnes présentant une allergie prononcée pour les bureaux, ce métier n’est sans doute pas fait pour vous. A ce propos, de nombreux rédacteur de la fonction publique ont une mairie communale pour lieu de travail.

redacteur territorial - définition

Intéressons-nous maintenant au terme « territorial ». Vous l’aurez compris, en travaillant dans la fonction publique, vos missions auront pour cible l’aménagement, la gestion ou le développement de zones définies (commune, département ou région).

Définis en tant que rédacteur principal de 1ère classe ou de 2ème classe, ce niveau caractérise le niveau d’expertise possible. Tout comme le fonctionnariat, le début de carrière se réalisera sous forme de deux contrats pour pouvoir finaliser l’embauche. Ainsi, une période dite de stage sera définie sur un contrat de six mois environ.

A l’issue de ce statut de stagiaire, l’employeur pourra décider d’une embauche définitive (si un poste est à pourvoir). Mais, pour pouvoir devenir rédacteur territorial, n’imaginez pas que la notion de simplicité est à employer. En effet, un concours est indispensable pour y parvenir, mais nous y reviendrons plus loin dans cet article.

Fiche de poste rédacteur territorial

L’employeur fera partie des collectivités et des établissements publics rattachés (Telles que les communes, communautés d’agglomération, communautés de commune, le conseil régional ou général, le syndicat d’agglomération nouvelle, l’office public de l’habitat…). Dans sa mission, un rédacteur territoral peut être coordinateur d’un projet (pour une valorisation d’un patrimoine ou d’une action éducative), un assistant (chargé de recrutement ou chargé de la gestion de marchés publics) ou même secrétaire (rattaché aux services d’une mairie).

Avec de nombreuses possibilités dans le rôle de ses missions, un rédacteur en fonction publique pourra être sollicité pour de nombreux domaines différents (Citons comme exemples le droit social, l’aménagement d’une commune, le trésor publique…).

Grille du rédacteur territorial

Voyons maintenant les indices bruts et majorés en fonction de l’échelon et de la classe du rédacteur territorial.

Grille indiciaire d’un rédacteur principal 2ème classe

Définie en catégorie B (filière administrative), l’activité est divisée en 13 échelons. En début de carrière, l’indice brut est de 377 et 347 majoré. Celui-ci peut atteindre 631 (indice brut) ou 529 (indice majoré) pour le 13ème et dernier échelon.

Grille indiciaire d’un rédacteur principal 1ère classe

Tout comme en 2ème classe, l’activité est définie en catégorie B (filière administrative). Néanmoins, la 1ère classe est fragmentée en 11 échelons. Au 1er stade, l’indice brut est de 442 et 389 lorsqu’il est majoré. Au 11ème et dernier échelon, celui-ci peut atteindre 701 (indice brut) ou 582 (indice majoré).

Devenir rédacteur territorial

Missions d’un redacteur territorial

rédacteur territorial - liste des métiers

Intéressons-nous maintenant aux missions qu’un redacteur territoral sera amené à réaliser. Comme nous l’avons vu précédemment, cette activité donne lieu à de multiples tâches possibles. Ainsi, pour pouvoir cerner le métier, voici les principales fonctions possibles :

Pour les services financiers

Responsable de gestion comptable, coordinateur budgétaire et comptable ou encore responsable de gestion budgétaire et financière.

Pour les services des ressources humaines

Chargé du recrutement, chargé de projet GPEEC (gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences), directeur des ressources humaines, responsable de la formation, responsable de la gestion administrative du personnel, conseiller en prévention des risques professionnels, chargé de l’inspection en santé et sécurité au travail, ou assistant de gestion ressources humaines.

Pour les services liés à l’organisation générale

Chargé de la commande publique, secrétaire de mairie, conseil en organisation, responsable des affaires générales, gestionnaire des assurances ou assistant de direction.

Pour les services de la communication

Chargé de la création graphique, photographe et vidéaste, chef de projet communication numérique, chargé de communication, directeur de la communication ou chargé de publication.

Pour les services liés à la population

Chargé d’études, directeur de l’urbanisme et de l’aménagement durable, chargé du développement territorial, instructeur des autorisations d’urbanisme, chargé de la gestion du réseau de transport, responsable des transports et déplacements, chargé de projet mobilité durable, chargé des dispositifs de formation professionnelle et d’apprentissage, contrôleur du service public de voyageurs, responsable de l’habitat et du logement, chargé de gestion locative, responsable de l’habitat et du logement, référent insertion socioprofessionnelle et professionnelle, conservateur de cimetière, directeur de régie funéraire, conseiller funéraire, chef de projet culturel, directeur de l’action culturelle ou responsable d’équipement sportif.

Quelles études pour devenir rédacteur territorial ?

Pour pouvoir devenir redacteur territorial, il est avant tout nécessaire d’être titulaire d’un BAC ou d’un diplôme de niveau IV. En effet, un concours (de catégorie B) est nécessaire pour travailler dans cette fonction publique. Mais ce diplôme n’est souvent pas suffisant et nécessite une formation pour vous y préparer.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter, par exemple, le site du Cned pour vous garantir un maximum de chances de réussite. Il est bon de savoir qu’un bon nombre de candidats possèdent des études supérieures (licences, masters...). Il est alors bon de prendre en compte le poids de ces diplômes face à un nombre de places souvent limitées.

Pour vous inscrire directement aux concours proposés, il est indispensable de prendre contact avec le centre régional de gestion le plus proche.

Rédacteur territorial : salaire

Le salaire d’un rédacteur de la fonction public sera calculé en fonction de sa classe et de l’échelon atteint.

Le rédacteur territorial de 2ème classe

Avec un salaire brut de 1 626 euros pour le premier échelon, un rédacteur pourra atteindre les 1 935 euros bruts au septième échelon (avec une évolution possible tous les deux ans). Au-delà, trois années seront nécessaires pour passer au 8ème échelon (pour 2 029 euros bruts) puis évoluer tous les trois ans pour atteindre le onzième (pour 2 235 euros bruts). Les 2 derniers échelons peuvent être obtenus sous 4 à 6 ans d’ancienneté pour un salaire de 2478 euros bruts.

Le rédacteur territorial de 1ère classe

Avec un maximum de 11 échelons (contre 13 pour la 2ème classe), un agent territorial de 1ère classe pourra obtenir jusqu’à 1 822 euros bruts dès son début de carrière. Le 5ème échelon rapportera un salaire brut de 2 155 euros (avec une évolution possible tous les deux ans). Du 6ème  au 11ème échelon, quinze ans seront nécessaires (soit trois ans entre chaque échelon) pour enfin atteindre le salaire de 2727 euros bruts.

Des primes possibles ?

En plus du salaire de base lié à l’activité, de nombreuses primes sont possibles en fonction du service et de l’emploi concerné. Avec un nombre élevé d’emplois possibles, il serait difficile d’énumérer toutes les primes qu’un rédacteur territorial pourrait obtenir au cours de sa carrière. Citons néanmoins la prime d’astreinte (souvent importante), la PIPCS (prime d’intéressement à la performance collective des services), l’IMT (indemnité de mobilité territoriale).

Des indemnités liées aux frais dûs à l’activité sont également proposées dans la majeure partie des cas (Qu’il s’agisse de déplacements, d’hébergement…).

Redacteur territorial : avancement

Rédacteur territorial principal 1ère classe

Un redacteur territorial de 2ème classe souhaitant évoluer en 1ère classe aura, au choix, deux possibilités pour y parvenir.

Avec examen professionnel, et jusqu’au 31 décembre 2018 inclus, le candidat devra justifier d’au moins un an d’ancienneté au 4ème échelon (ou plus). A partir du 1er janvier 2019, le candidat devra avoir atteint le 4ème échelon et justifier de 3 ans de services effectifs au sein d’une collectivité territoriale. Une fois ces critères respectés, l’examen sera proposé.

Sans examen professionnel, une demande devra être réalisée auprès d’un centre régional de gestion. Jusqu’au 31 décembre 2018, seul le 7ème échelon est requis. A compter du 1er janvier 2019, le 6ème échelon, ainsi que 5 ans de service effectifs au sein d’une collectivité territoriale, seront nécessaires pour prétendre à la 1ère classe.

Quelles épreuves dans le cas d’un examen professionnel ?

Comme la plupart des concours, deux épreuves seront proposées aux candidats.

  • Une épreuve écrite consistera à rédiger un rapport à partir de documents fictifs dans le cadre d’une activité de rédacteur fonction publique. Sur 3 heures, ce test est calculé sur un coefficient 1.
  • Une épreuve orale sous forme d’entretien face à un jury. Lors de cette rencontre, le candidat exposera ses acquis professionnels. L’entretien se déroule sur 20 minutes et sera calculé sur un coefficient 1.

Le concours de redacteur territorial

rédacteur territorial - le concours

Comme nous l’avons vu précédemment, exercer dans le domaine impose la réussite d’un concours ainsi qu’une sélection.

Les conditions générales de participation au concours

Pour pouvoir être candidat au concours de rédacteur pour la fonction publique, il est indispensable d’être de nationalité française ou ressortissant d’un Etat membre de la Communauté Européenne. Sans limite d’âge maximal, il est néanmoins imposé d’avoir au moins 16 ans. Certaines conditions physiques (précisées lors de l’inscription et compatible avec l’activité) doivent être assurées par le candidat. Enfin, la jouissance de ses droits civiques, ainsi qu’un casier judiciaire vierge, seront les derniers points à respecter pour pouvoir vous présenter au concours.

Le BAC sera nécessaire pour participer à cet examen, mais un diplôme homologué au niveau IV, ou d’une qualification équivalente, pourra très bien vous ouvrir les portes du concours.

Comment se déroulent les épreuves du concours ?

Le concours de redacteur territorial se déroule sur deux épreuves.

La première épreuve est un examen écrit sur le thème principal du métier de rédacteur dans la fonction publique. Lors de l’inscription au concours, un choix est proposé pour orienter le questionnaire de cet examen. Au choix, le candidat se verra évalué sur ces thèmes (en lien avec l’activité) :

  • Le droit public.
  • L’action sanitaire et sociale.
  • Les finances et l’intervention économique.

La deuxième, dite d’admission, consiste à assurer un entretien face à un jury. Durant cette rencontre, le candidat devra « se vendre » en mentionnant ses motivations et ses qualités compatibles avec l’activité visée. Cet entretien se déroule sur vingt minutes (coefficient 1).

Pas assez de places pour trop de candidats ?

Comme pour beaucoup de concours, pour travailler dans la fonction publique, le nombre de places proposées sera souvent inférieur au nombre total des candidats. Rappelons ici l’intérêt d’avoir quelques « bagages » supplémentaires (Licence, master…). Une fois l’épreuve terminée, un jury arrête une liste d’admission (souvent sous plusieurs semaines). Celle-ci est communiquée à l’autorité organisatrice du concours qui établit sa liste d’aptitude.

La liste d’aptitude est synonyme de recrutement ?

Une fois votre nom sur cette liste d’aptitude, vous pouvez désormais prétendre au poste de rédacteur territorial tant convoité. Il vous appartient alors de postuler auprès des collectivités territoriales (communes, départements, régions ou autres établissements publics). A la différence du fonctionnariat (fonction publique d’Etat), une recherche personnelle est nécessaire afin de trouver votre contrat.

Conclure sur le métier de rédacteur dans la fonction publique

Vous l’aurez compris, devenir rédacteur territorial peut s’avérer compliqué mais réalisable (avec une bonne dose de volonté et de persévérance). Avec un concours indispensable pour exercer l’activité, ce métier présente néanmoins des avantages considérables en évolution de carrière. Certes, les échelons peuvent paraître nombreux, mais 2 ou 3 années suffisent généralement pour gagner en « grade ». La stabilité de l’emploi, due à la fonction publique, est également un atout séduisant pour de nombreux candidats. Enfin, avec de nombreuses missions possibles, l’activité de rédacteur territorial est souvent synonyme de diversité en tâches professionnelles. Difficile donc d’être lassé et de suivre une monotonie présente dans la plupart des autres métiers.

Vous vous sentez à l’aise avec l’administration et possédez au moins un diplôme de niveau IV (BAC ou autre), pourquoi ne pas tenter le concours ?

Pour aller plus loin

[optin-cat id="330"]